4,5,6 cueillir des cerises

Publié le par La Griotte

DSC00783PARTIE DEUX, où La Griotte apprivoise la peur en remerciant les petits êtres qui gigotent dans la machine à créer du lien, ce serait bien que tous, là, en même temps, on pense très fort à les remercier ensemble les Dieux de la technologie avancée parce que ça va pas être facile de faire long et drôle aujourd'hui. D'ailleurs, ça ne va pas être facile de faire tout court.

 

 

 

Je suis tentée de raconter encore beaucoup d'anecdotes très drôles dont la voiture est le héros. Ou très sanglantes. Ou les deux. Mais cet Ordinateur mis à disposition ne me connait pas et semble joueur. Quant à la connexion invoquée hier, les fils ne tiennent plus que grâce à quelques arbres encore debout, suite à une météo généreuse pour les chroniqueurs soucieux de ne pas laisser tomber Bibi dans la lutte  contre les éléments déchaînés et leurs complices, les lois de la physique chimie, dont on apprend cependant les rudiments très tôt pour peu qu'on sache détecter les leçons de choses.

 

 

 

Exemple vécu

  

hiver 009Aujourd'hui, il y a 30 mômes de trois ans surexcités par l'annonce de l'arrivée prochaine d'un vieux bonhomme ventru et rubicond habillé de la façon la plus ridicule qui soit, aucun chanteur de rock ne lui arrive au talon d'Achille, pas même ceux de KISS qui s'y connaissent en look à talons.

 

 

La neige est tombée pendant la nuit. Une belle neige bien collante, moelleuse comme un édredon, vierge comme un cahier neuf.

 

hiver 020La chaudière est en panne depuis plusieurs jours car la sonde électronique qui capte les variations de température n'a plus de piles et personne hormis l'entreprise qui sous traite le chauffage des locaux municipaux n'est habilité à changer les piles, c'est écrit sur le contrat que si vous changez les piles vous-mêmes et qu'il y a un accident de chauffage, c'est bien fait pour vous personne ne vous remboursera et même ceux qui seront vraiment malheureux pourront porter plainte pour non-assistance en personne en danger d'attraper une grippe chronique.

 

 

L'entreprise ne sait plus où donner de la tête car, comme elle a évincé tous ses concurrents, elle est number one sur le marché du chauffage des écoles maternelles.

Les parents sont chauffés à blanc par ce scandale, c'est pour ça qu'ils ne se rendent pas compte qu'il fait vraiment froid à l'intérieur et que plusieurs heures sans bouger à moins de 15 degrés relèvent de la performance physique, surtout quand on n'a pas pris de petit déjeuner.

La nounou est chère, les grands-mères profitent du soleil moins cher en dehors des vacances scolaires.

 

 

 

 

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

 

 

Le sacrifice : vous accueillez les mômes en pensant que leurs parents ne les méritent pas, on gardera les bonnets et les doudounes en attendant la récréation, ça ne va pas peaufiner la motricité fine mais ils sont mieux ici que devant la télévision.

 

OUVERTL’indignation : vous essayez de convaincre nounous et parents que leur enfant est mieux bien au chaud devant un bon DVD en discréditant au choix la société de chauffage, la municipalité, l’administration… Vous ajoutez sournoisement que ce serait dommage que Junior soit malade dans deux jours pour le spectacle de Noël et que pour le bien de tous, il vaudrait mieux que vous gardiez Junior.

 

Ce qui est stupide : les Juniors présents dans une telle configuration sont ceux que même leurs parents ne supportent pas.

 

 

 

La leçon de choses : vous laissez rentrer les marmots en surveillant du coin de l’œil la température extérieure qui reste sagement en dessous de zéro et dès que les adultes ont tourné les talons, vous embarquez tout ce petit monde dehors pour une leçon de découverte du milieu, notre antique leçon de choses.

Comme le hasard fait bien les choses vous avez justement vos boots et vos moufles et votre vieille combinaison de ski dans la voiture bleue.

 

Qu’importe la voiture, pourvu qu’elle soit bleue avec un grand coffre et des signes extérieurs d’âge canonique et qu’elle ne m’oblige pas à pédaler.

 

 

Ici, tout baigne.

 

 

DSC00606Plus que 2 jours avant Noël. Les heureux possesseurs d’un almanach du facteur constatent avec moi que nous vivons la pire semaine de l’année : depuis le 18 et jusqu’au 25 inclus, la journée patauge dans la nuit des temps, malgré les efforts de la lune pleine à craquer le 21 dans l’indifférence générale.

 

L’abominable semaine de l’année a commencé vautrée dans la nuit qui tire toute la couverture à elle.

 

Tous les jours elle avait grignoté quelques minutes, pesant sur nos paupières, semant plomb dans nos semelles et doutes antédiluviens dans un amas de cellules grises du cerveau reptilien tapis sous l’éducation la plus soignée.

 

Et si ça continuait ? Si le jour oubliait de se rebiffer, de la chatouiller pour qu’elle recule, qu’elle lui laisse un peu de temps pour réchauffer mes orteils ?

 

 

cancreJ’ai beau savoir depuis l’école primaire et ses inoubliables leçons de choses que la terre tourne autour du soleil et sur elle-même ce qui explique approximativement l’alternance jour-nuit et les 4 saisons du jardinage en zone tempérée, c’est plus fort que moi : la lumière qui va se faire voir ailleurs me laisse exsangue.

 

J’ai beau savoir que la faculté appelle ça dépression saisonnière et qu’un jet lag au soleil me passerait le goût du noir, j’ai beau sentir les picotements dans l’humeur quand la belle bleue se rapproche un peu du soleil, j’ai le bourdon pendant la semaine de Noël, la trouille archaïque de Lucy, les foies, l’envie de tourner casaque, de laisser le jardin se débrouiller sans moi.

 

Heureusement, il y a les fêtes : les cadeaux à trouver, le sapin à massacrer, la dinde à décorer, le foie à gaver, la trêve à respecter.

 

Bas les armes. Ou alors, avec un silencieux, discrètement, entre 4 murs d’une maison, à l’abri de la vie privée et du pétage de plomb.

On appelle ça un drame inexplicable.

 

«  Un homme se suicide après avoir abattu son ex compagne. Il n’avait pu supporter leur séparation et avait décidé de mettre fin à leurs jours ». (Parisien du 21 ou 22 décembre, quelle importance).

 

TOUT Je ne sais pas si le journaliste qui a rapporté ça en a mesuré le potentiel tragi-comique, juste après l’annonce des déboires de tout un peuple de nantis trop injuste qui laisse tomber la neige ET la victoire d’une client qui a gagné son procès contre un grand magasin où elle s’était vautrée en glissant sur une feuille de salade…

 

 

« Un homme se suicide APRÈS avoir abattu son EX compagne. Il n’avait pu supporter leur séparation et avait décidé de mettre fin à LEURS jours ».

Typiquement le genre de type avec lequel il ne faut pas aller acheter une bagnole : il est capable d’essayer de faire croire à sa moitié qu’elle a envie d’une voiture rouge qui va vite avec toutes les options juste parce que lui a décidé de finir en compression de César !

Heureusement, j’ai une vieille voiture bleue conduite prudemment en excellente compagnie pour se tenir chaud dans l’esprit de Noël en attendant que le jour pique la couverture !

Publié dans Langage

Commenter cet article

Dr WO 24/12/2010 11:38



Quand les pensées courent, ça réchauffe.


Dr WO



Tricôtine 23/12/2010 22:52



Coucou Griotte !!!ça déménage, ça pétarade chez toi !!! mais j'adore !!! le néon en élucubration sur le sujet du
chauffage ç'est un bijou de leçon de chose ... je peux venir mettre les doigts dans le chose à piles..ça sera que ma faute à moi !! merci pour ce moment électrisé sous montagne de neige !! bon
noël , chauffage, tout ce que tu as télécommandé sous le sapin !!