Ainsi fions fions fions...

Publié le par La Griotte

les petites marionnettes !

 

 

DSC00606Mais qu'est-ce qui m'a pris d'écrire "Vivement mardi !". 

J'ai un trou noir, de la fuite dans les idées, du mou dans les voiles, des hirondelles dans le minaret.

Impossible de me souvenir de l'info qui avait retenu mon attention au point de souhaiter que le temps passât plus vite, me privant au passage d'un fort délectable ennui.


 

 

cancreHeureusement que nous ne laissons pas nos enfants s'ennuyer, que nous traquons l'ennui chez nos adolescents comme le symptôme d'une maladie honteuse. Toute cette jeunesse bourrée d'imagination en berne serait bien capable de réinventer le monde si on la laissait s'ennuyer un peu ! Quelle révolution si  les intempéries nous privaient d'électricité, de connections pendant plus de deux jours.

 

Nous autres, adultes raisonnables, serions absorbés par le quotidien.


 

DSC00753Quid des milliers de gamins privés de leurs greffons électroniques, de leurs entonnoirs à brouets sonores, de leurs seringues à jeux en lignes... Ils sortiraient, fumeraient à la lune, découvriraient l'infini au dessus de leurs visières, l'appel des étoiles à portée de regard, l'odeur de la nuit qui tombe, la vanité de l'existence qui sait ?

 

 

Tout ça ne me dit pas de quoi je devais vous entretenir aujourd'hui.

 

J'ai épluché ma Une damnée, de haut en bas, aller et retour, avalé en serrant les dents quelques faits bien sanglants, recherché les traces de radioactivité décelée il y a quelques jours, ricané à la lecture du mea culpa de Fillon, révisé comment se prémunir du froid lorsqu'on ne dort pas à la belle étoile...

(Fermer la porte quand il fait froid dehors, privilégier le col roulé et les croquenots et ne pas oublier la température de solidification de l'eau).

 

DSC01750L'exercice se révèlera cependant plus ardu pour les quelques originaux qui persistent à dormir dans des cabanes, yourtes, roulottes, tentes coniques, caravanes et autres habitats de fortune et les inconscients qui prêtent un carré de gazon à ces poètes malgré eux, comme en témoigne la loi loppsi 2. Pour ceux qui, comme moi, n'avaient pas réagi à loppsi 1, loppsi le retour a comme un petit goût de...

 

 

Mais que m'arrive-t-il ?

 

Je ne devrais pas passer tout ce temps à regarder les étoiles !

 

Quelle est cette époque de sinistre mémoire où un individu de non moins sinistre mémoire a entraîné toute une nation dans son délire meurtrier en traquant d'abord les "anormaux", les malades mentaux, les nomades et leurs violons ?

 

DSC00948Si quelqu'un s'est moins ennuyé que moi pendant les cours d'histoire, sans doute saura-t-il combler cette lacune qui nuit à la clarté de ma chronique.

 

Si ça se trouve, l'air de la montagne est moins sain qu'il n'y paraît : on s'évade entre  mur et chant d'un ru gonflé par les derniéres fontes, on respire une poignée d'humus noir, on croque le Nombril de Vénus piqué aux pierres sèches, fourrage du pied dans les feuilles de châtaignier encore craquantes, rapine quelques capitules de Calendula pour le breuvage du soir, visite les ancêtres qui persistent à leur fenêtre bien après que nos pas sur le chemin n'offrent plus à leur regard qu'une silhouette qui se grise dans le crépuscule, dévore un excellent policier... et plus rien ne subsiste de cet esprit sarcastique et frondeur qui anime la plume d'une griotte acide comme une merise à noyau dur !

 

Rien que la douceur de se lover dans un fauteuil en brûlant quelques bûches avec le dictionnaire amoureux du rock avant que de laper la garbure et torcher le creux de l'assiette avec un quignon de pain plus très frais.

 

DSC01023Bah ! Ce ne devait pas être bien important. Encore un accès de mauvais esprit telle que je me connais.

 

Demain je quitte cette parenthèse dans mon espace temps. Certes, je vais retrouver une connection internet rapide et relativement fiable. Mais combien de nuits sans étoiles, combien de jours sans rus coulant indifférents au cadavre de l'énorme écrevisse qui gît dans la vase anthracite ?

 

Dire que je croyais à peine mon père lorsqu'il me disait avoir pêché les écrevisses enfant !

 

 

Dédicace spéciale à tous ceux qui, contraints ou libres, vivent dans des habitats de fortune et à ceux qui continueront à offrir un carré de gazon où poser roulottes et cabanes.

 

PS : J'apprends à l'instant que céline Dion va passer Noël en famille ! Tout n'est pas noir dans ce monde où le saltimbanque est traqué, aussi bien en ligne qu'en live !

Publié dans Randonnée

Commenter cet article

Dr WO 15/12/2010 18:01



Vous êtes redoutable quand vous ne savez pas quoi dire.


Dr WO



jmigrattepapier.over-blog.com 15/12/2010 16:28



Merci pour ces chroniques, que je suis quotidiennement depuis quelques jours...


Mes amitiés à Olivier...


Je partage humblement mes humeurs sur over-blog, moi aussi, dans un autre registre...


On s'y retouvera p'têt !!...