" Back to the trees ! "

Publié le par La Griotte

Comme le disait, la bouche pleine de viande cuite, l'Oncle Vania

 

Celui de Roy Lewis, dans Pourquoi j'ai mangé mon pèrePas celui de Tchekhov !

 

 

Back to the kitchen en ce qui me concerne.

 

Si parmi vous il existe des anglophones ayant bénéficié d'autre chose que le pathétiqueBOUCHE gavage grammatical infligé pendant les années 70 aux futures élites de la nation scolarisées en collège puis lycée, en guise d'apprentissage des langues vivantes, j'aimerais connaître la traduction de "retourner à ses fourneaux", dans sa connotation la plus péjorative....

 

Comment s'étonner que toute une génération se soit jetée sur le rock and roll : c'est parce qu'on ne comprenait rien aux paroles qu'on se laissait emporter par cette musique "de la jungle", "de sauvages" et j'en passe, les qualificatifs ne manquant pas pour enfermer dans le même sac avec un poids au pied la musique née de l'esclavage et de la foi en la vie...

 

 

L'histoire des nations, des peuples, de nos originesDSC 1650 se lit mieux dans la musique que dans les manuels égrenant les dates de massacres ! Euh, pardon, victoires ! La musique, c'est un peu comme les odeurs... le corps s'en souvient et vibre jusqu'aux larmes versées par ces peuples arrachés au berceau de l'humanité, enchaînés loin de leurs instruments à percussion, sur des plantations de coton, mirlitons, souillons, Oncle Tom dans les demeures de riches propriétaires terriens. Puis hommes et femmes libres de laver sous les pieds de leurs nouveaux maîtres, de nourrir et chanter les berceuses à leurs petits jusqu'au plus bel évènement du siècle, l'élection du Président des États unis.

 

Depuis, la politique c'est triste, crapoteux. Que des vieux moches qui s'agrippent au pouvoir, de jeunes coqs qui suent la haine et la vengeance qui est un plat qui se mange froid quand on les vire de la basse cour et autres volailles impatientes de se faire plumer dès qu'elles auront tourné le croupion ou ouvert un peu trop grand leur joli petit bec tartiné au rouge baiser...

 

Et oui les pépettes : comme le disait Coluche (je crois) au sujet d'une femme qui voterait Front National : 

 

Une femme qui entre à Sarkoland, " c'est comme un crocodile qui rentre dans une maroquinerie..."

 

Á moins bien entendu de trouver normal qu'une femme reste à ses fourneaux et lardons, juste qu'avortement rime avec parcours de combattantes, que la maternité est une étape essentielle dans la vie d'une femelle, que la séduction en mascara et talons hauts est un atout, les rides un handicap, les cheveux blancs séduisants au masculin, un portefeuille bien garni le nec plus ultra, quelques bleus autour du cou un dérapage passionnel...

 

Voilà pourquoi je retourne à mes fourneaux, j'y comprends rien à la politique !



 

bouilloires.jpgEt les fourneaux se transforment en piano dès que c'est un chef qui s'y tient... C'est bon la langue ! Elle dit tout ce que nous cherchons à cacher. Pas étonnant que les anthropologues en appellent à la linguistique pour retrouver le moment de l'évolution où les lignées des hommes et des singes se sont séparées.

 

Quant-à celles qui veulent concilier tout ça (travail, famille, patrie, allaitement, entreprise, rester fraîche grâce à des déodorants aux sels d'aluminium et lisses et bronzées avec des fesses dures sans cellulite et des serviettes hygiéniques minuscules dans le sac qui absorbent l'eau du lac...) bon courage les filles ! Ne comptez pas trop sur l'égalité des sexes quand même. C'est une vue de l'esprit, pas franchement souhaitable car le chromosome Y est plus petit que le chromosomes X. Et nous sommes faites pour stocker la graisse en temps de disette ! Pas de bol !

 

PREHIST.jpgPour celles qui prennent aussi des baffes (y'en a), les lunettes noires, c'est toujours à la mode, très rock et tout le monde (y compris le voisin, l'ami qui sait) préfèrera penser que vous avez glissé dans l'escalier à cause des talons hauts. Quelle idée de garder les talons hauts quand on a passé le seuil de la maison...

 

À moins qu'elles pensent que les baffes (ou autres sévices, physiques et psychologiques) sont intolérables. Même la première. Même toute petite.

Foncez mes soeurs : dehors, loin, dans la nuit, en cachette, barrez-vous, portez plainte, lâchez tout, témoignez, sortez vos lèvres tuméfiées, vos colliers de bleus... brandissez vos plâtres levés en pleine lumière, relevez la tête au dessus de vos minerves, racontez, écrivez, cultivez, vivez... C'est beau la vie après la mort quand on en réchappe !

 

Ou retournez à vos fourneaux, batteries de cuisines, pianos et autres claviers d'où observer le monde, l'écouter, l'écrire qui sait ? La Griotte©

 

Je vous laisse, j'ai un livre sur le feu, des rosiers à nourrir et une nouvelle recette à expérimenter et j'aimerais replonger dans "Pour le meilleur et pour l'empire" et je n'ai pas encore la TV, comme tout dinosaure qui se respecte... On s'en fout, ce soir, même programme sur les trois chaînes. C'est pour ça que j'ai caché plein de musiques et de lectures sous mes liens ! Dédicade à tous ceux qui ne regarderont pas la TV ce soir !

Publié dans Musique

Commenter cet article

Printemps Douce Saison 08/02/2011 19:37



Je n'ai lu qu'une partie de "pourquoi j'ai mangé mon père" attirée par le titre mais l'histoire ne m'a pas retenue, d'ailleurs je ne me souviens plus du tout de l'histoire, juste du titre. Alors
oui, au premier coup, il faut porter plainte. Sinon on s'enlise en se disant que cela va passer. J'ai porté plainte la seconde fois, c'est ce qui l'a fait s'arrêter je crois. La première fois où
j'ai voulu porter plainte les flics m'ont fait passer pour une moins que rien car ils avaient écouté mon ex. Je suis repartie en pleurant du commissariat : victime et en plus "insultée" à demi
mots. Je suis retournée le lendemain, c'est une femme qui m'a reçue et Elle m'a écoutée...



La Griotte 08/02/2011 21:10



porter plainte, se montrer, sortir, dire, parler... c'est le pire qu'on puisse leur faire !



Christine-Jeanne 18/11/2010 00:04



Le bouquet s'étoffe ... il était déjà fort beau, mais j'avoue que j'attendais les roses bleues.


Il est superbe ton blog Guilou, comme tout ce que tu entreprends !



Vincent 17/11/2010 09:27



Bienvenue dans la blogosphère, l'océan virtuel où chacun lance des bouteilles à la mer sans trop savoir si les mystérieux courants lui apporteront des réponses. ;-)