Trou de mémoire

Publié le par La Griotte

cancreDéjà 6 jours que je ne vous ai pas cassé les oreilles avec des saillies féministes, l'actualité morbide qui s'acharne sur les femmes victimes de violences, la position pathétique de la France en matière de lutte contre lesdites violences, sa misogynie légendaire, son incapacité à entrer dans le vingt et unième siècle. Une petite info qui m'a dressé le poil sur le caillou, ce qui un lendemain de migraine s'avère périlleux, rétablit l'équilibre. Un truc anodin, sans aucun rapport avec ma sensibilité exacerbée aux choses de la vie des femmes qui prennent des coups et ne s'en relèvent pas toujours indemnes.

 

Il semblerait en effet qu'avant de retrouver le goût du pain frais, celui du pain dans la gueule affecte longuement la victime au point parfois de la priver de fonctions motrices ou cérébrales.

 

BOUCHEFinalement, j'ai eu du bol : rien de cassé, des capacités cognitives intactes, le goût de la vie qui revient, celui de l'humour noir qui s'affirme, celui pour les hommes qui s'affine, le tout en musiques ! Seule ombre au tableau :  une hyperesthésie à la violence faite aux femmes, voire à la violence tout court. Un oeil au beurre noir me fait gerber, la lecture du mot viol me hérisse, les insultes lancées comme de banales plaisanteries m'offusquent et ce regard de tueur que je saisis parfois dans le regard d'un homme qui feint embrasser sa compagne pour mieux l'étouffer contre le mur du métro me glace !

Ce n'est pas demain la veille que je vais pouvoir regarder un film interdit aux moins de 12 ans !

 

 

BOUCLEComme si avoir côtoyé un homme violent rendait plus réceptive à ce genre d'individu, dont un paquet se balade en liberté et en grosse bagnole, bronzages et costards impeccables, sourires ravageurs, je dis ça pour celles et ceux qui seraient tentés de penser que le type qui plaque, claque ou viole sa femme est fatalement un abruti aviné, un obsédé sexuel, un rocker gothique ou un rappeur louche. Je dis ça aussi pour celles qui sont contentes d'avoir enfin piqué le mec de leur copine, voisine, frangine, collègue ou femme inconnue (mais mégère absolue d'une jalousie maladive qui rendait le vie de ce pauvre chéri impossible, n'est ce pas ainsi qu'il vous a présenté le bubon dont vous l'avez sauvé ?).

 

Des fois, le mari a du sang sur les mains, et c'est pas celui qu'il a fait couler en bricolant "tout-soi-même" dans sa magnifique maison ! Si ce n'est du sang, c'est au moins des bleus. Ça tache moins les bleus. Et on peut dire que la pauvre a la peau tellement fragile qu'elle se fait des bleus tout le temps, partout, même autour du cou pour celles qui ont échappé à la strangulation !

 

GAUCHEJe dis ça surtout pour celles qui ont eu le courage de porter plainte contre des types qui ont des relations, du pouvoir, de l'argent : respect mesdames ! Moi, je n'ai pas pu... Pas assez informée sans doute. Un peu cruche en fait ! Genre : " Mon prince charmant que j'aimais tant avec lequel j'ai eu des si beaux enfants ne peut pas être ce tas de boues radioactives ! "

 

Ben si ! et en prime ce bon vieux sentiment de culpabilité qu'on nous inocule dès notre premier souffle et qui longtemps nous pousse à poser les mauvaises questions, à répondre aux questions qui tuent et à croire que l'homme qui se roule par terre en bramant qu'il ne recommencera plus ne recommencera plus. C'est tout l'inverse  : Il fait ça pour mieux recommencer mon enfant !

 

Donc Mesdames qui avez passé outre tous ces obstacles auprès desquels le parcours du combattant est une promenade de santé, encore une fois, chapeau et merci pour toutes celles qui hélas, tombent !

 

 

TOUTComme si avoir partagé l'existence d'un être dominateur et infantile (ce qui semble être le plus petit dénominateur commun de la violence faite à "sa" "moitié") développait simultanément le flair et l'allergie à ce genre d'égos mâles dimensionnés dans leurs peaux de garçonnets tyranniques prêts à user de tous les stratagèmes pour parvenir à leurs fins de loups mal léchés, le "non" de l'autre ne constituant qu'un obstacle à renverser en "oui". Si l'usage de la persuasion ne suffit pas, on piquera une grosse colère comme quand on se roulait par terre, on menacera, on flattera voire "maintenant ça suffit tu me pètes les c....", on passera à l'acte. Quitte ensuite à se draper dans les oripeaux du pauvre type surbooké qui a pété les plombs.

 

DSC00239J'arrête, ça me fait penser à plein de gens que nous connaissons tous, dont certains ont des responsabilités non négligeables !

 

Revenons en à cette info qui m'a agacée au plus haut point. C'est d'autant plus bizarre que je me soucie des déboires internes aux partis politiques comme de mon premier crayon de papier.

 

Certes, j'aimerais pouvoir voter sereinement en 2012. Il m'arrive même de rêver qu'une femme, une vraie (pas ces espèces de greluches hyper sexuées qu'on promène comme des potiches de luxe avec les airs bags plus lourds que la cervelle et les genoux "gagneux" à force de passer sous la table ou ces filles manquées à force de vouloir le pouvoir des hommes) parvienne au deuxième tour ! Oh, j'ai bien mon idée là dessus mais je vous parlerai d'Eva un autre jour...

 

Il est pour l'heure question d'une bataille au sein du PS (on ne ricane pas, je sais bien que c'est un pléonasme !) dont un certain Dominique sortirait vainqueur. J'ai lu qu'il " caracole en tête dans les sondages ! ", tel l'étalon fougueux débordant de vitalité !

Comment se fait-il que cette info m'exaspère, me donne envie de piétiner rageusement ma carte d'électrice ? Qu'a pu dire ou faire ce charmant garçon tant apprécié de ces dames, légitimes ou gâteries occasionnelles soucieuses de se dégager un peu plus vite des tâches subalternes, pour qu'instantanément, l'urticaire menace ?

 

DSC01233Voilà que je perds la mémoire... Rappelez-moi, dans trois jours, qu'une femme est tombée sous les coups de son compagnon, ex compagnon... Je ne voudrais pas faire comme tout le monde : oublier jusqu'au 8 mars en regardant les grands fauves se taper de jeunes louves aux dents longues sous l'oeil salvateur de leur légitime !

 

Et le chocolat de Noël dans tout ça ?  

 

Chaque

Oiseau

A La couleur

De son cri

 

(Malcolm de Chazal)

 

Dédicace spéciale à toute celles et ceux qui, entendant taper ou crier chez la voisine, ne disent pas : "Ferme la fenêtre ce ne sont pas nos affaires" . Ceux là sauveront peut-être une vie un jour.

Publié dans Culture

Commenter cet article

jeanne 17/12/2010 15:28



Je sais pas toi, Griotte, mais moi un type qui n'est pas capable de tenir sa bite face à une stagiaire, je ne lui confierais pas le champignon atomique ! DSK se passera donc de ma voix.



La Griotte 17/12/2010 16:01



C'est un peu là où je voulais en venir et crois moi, ton commentaire détend après le raz de marée que tu viens de m'envoyer ! C'est un coup à vouloir être réincarnée en ongle, justement, sur les
orteils de tous ceux qui ne veulent pas voir ! Je garde Lucy pour dimanche. Demain, c'est Calixte.



Dr WO 16/12/2010 18:20



Bien que mâle, je suis de tout coeur avec vous.


Dr WO



La Griotte 16/12/2010 21:41



J'avais cru déceler chez vous une sensibilité à la violence faite aux femmes... Que j'ai rencontrée aussi souvent chez les hommes que chez les femmes. Je viens aujourd'hui d'apprendre, par une de
mes amies lectrices, qu'une maman de 3 enfants se fait battre et se demande quoi faire... J'enrage !