Haroun reviens !

Publié le par La Griotte

DSC00586J'aimais bien  Haroun Tazzief quand j'étais petite.

 

Il me manque.

 

J'adorais l'entendre parler des volcans, des tremblements de terre, de la lave, des gaz toxiques, des failles sismiques, des différentes sortes d'éruption, de la sournoiserie des volcans endormis qui attendent tellement longtemps pour se réveiller qu'on les croit éteints...

 

J'aimais sa voix de rocaille, ses explications claires, sa pédagogie, son élocution assez lente et claire pour faire comprendre au pétoncle de base que la technologie est impuissante face à un volcan qui se réveille ou un tremblement de terre.

 

Je n'ai jamais oublié cette leçon : notre cerveau surdimensionné est incapable de faire face à certaines situations où le cerveau reptilien court circuite notre base de données.

 

Notre manie de vouloir tout maîtriser nous pousse à oublier la base : nous sommes des animaux. Face au réveil du prédateur ou de la proie qui est en nous, nous perdons les pédales.

 

S'il était encore là, il nous raconterait que l'éruption du Grimsvötn c'est un peu comme un gros pétard dans la crème glacée ou une bombe dans le vacherin de la mariée. Comme ça, ceux qui ne savent pas trop bien lire pourraient expérimenter, comprendre et ne seraient pas découragés dès la première ligne de l'article.

 

Après, au lieu d'expliquer que le mélange cendres vapeurs d'eau monte à 25000 m de hauteur, il proposerait une échelle pour qu'on imagine que ce type d'éruption peut provoquer l'hiver au mois d'août en occultant le soleil... Et l'on aurait alors le sentiment d'être aussi démuni que le hérisson face à une bagnole ou l'orvet sous la tondeuse...

 

Il était capable non pas de générer la peur mais la conscience de ce que nous sommes réellement. Face aux forces de la nature, l'homme est moins qu'un cafard ou un scorpion, (qui résisteraient, eux, à une catastrophe nucléaire).

 

DSC01750Il ne cessait de répéter qu'une centrale nucléaire ne peut pas résister à n'importe quel tremblement de terre.

 

Grâce à lui, je sais que l'Islande est un pays de volcans en activité...

 

J'aimais bien Haroun Tazzief.

 

Sa voix accrochait l'oreille et l'on restait suspendu à ses lèvres...

 

Les fabricants de centrales nucléaires, d'avions, de voyages pas chers, de peur...ne l'aimaient pas beaucoup.

 

 

 

 

 


Publié dans Langage

Commenter cet article

Pangloss 25/05/2011 09:51



Moi aussi, je l'aimais bien. Et j'avais bien raison: Claude Allègre ne l'aimait pas du tout!



La Griotte 25/05/2011 14:29



C'est suffisant pour en faire une excellente compagnie !



zounie 24/05/2011 20:06



cest une bonne chanson



La Griotte 24/05/2011 20:18



Je ne m'en lasse pas.



âne debout 24/05/2011 18:41


Tu sais raviver les souvenirs. Moi aussi j'aimais ses émissions. Sa voix et son accent. Dis-donc, on dirait que tu as été traumatisée par l'accident arrivé à cet orvet.


La Griotte 24/05/2011 18:46



Traumatisée n'est pas le mot : c'est moi qui ai introduit les orvets dans mon jardin. Je n'ai pas beaucoup d'excuses. Je sais que c'est un animal lent qui se fait choper par les chats, les
tondeuses. Un petit animal pépère, sourd à n'en pas douter et qui boulottait les nuisibles de mon jardin... C'est juste une façon de ne pas oublier qu'à un moment où un autre, notre technologie
tue.