Je m'ennuie

Publié le par La Griotte

DSC 0151Deux jours qu'il n'y a absolument rien à la météo : un soleil insolent, une température clémente, quelques petites gelées nocturnes, un ciel étoilé comme au 15 août, la silhouette noire des montagnes traçant un gouffre où se perdent les milliers de points lumineux que nos ancêtres ont baptisés au point de remonter les lignées, d'en écrire les légendes...

C'est en regardant les étoiles que je me sens humaine jusqu'au fond de mes os. Comme si ce regard posé sur l'insondable beauté de l'univers replaçait le demi quintal de matiére organique dans ses godasses de bipède plantigrade pensant à demain et les jours d'après et c'est là que commencent les emmerdements !

 

DSC00160Naître arbre, mousse, lichen, caillou poli, coquillage de pierre, grain de sable, éponge à gratter, baie d'églantier, souris verte, escargot tout chaud, serpent à sornettes, rhino féroce, fausse oronge, graine d'ortie et ne rien savoir du temps qui passe. Naître sans saveur particulière et poser mes atomes au creux d'une fissure de calcaire, me dissoudre en stalactite chantante en attendant la caresse d'un musicien préhistorique...


 

DSC01118Quelle drôle d'idée que celle de nommer les étoiles, calculer la distance qui nous sépare d'elles, transformer cette distance en années lumières, en temps qu'il faudrait pour les atteindre et se rendre à l'évidence : quand bien même nos fusées assureraient l'aller simple, cette étoile que d'aucuns pensent veiller sur une destinée est morte quand nous parvient sa lumière ! Cette étoile qui s'applique depuis deux nuits dans le coin droit de ma fenêtre ouverte sur la nuit et me tient éveillée jusqu'au rêve, jusqu'au point où elle et moi nous sentons pétries des mêmes fragments, réduisant à rien les années lumières...

 

DSC00783Aujourd'hui, il n'y a rien à la météo. Alors je vaque et vague à l'âme je me souviens des moments capturés par quelques sculpteurs du temps. Stevenson et son ânesse sur les sentiers des Cévennes, l'Appel aux étoiles du sculpteur Elbé dont j'ai eu le privilège de raconter les oeuvres hier sur un minuscule marché de Noël dans un minuscule village de montagne dont je tairai le nom afin que le progrès ne l'atteigne pas trop, les éditions  Folle Avoine qui fêtent 30 ans de beaux livres qu'on décachète au coupe-papier, comme au temps où la machine aidait l'homme à trouver le temps de s'ennuyer un peu avant de retrouver les étoiles.


mobile2Mais voilà voilà que tout à coup je ne m'ennuie plus et que cette chronique m'inspire, m'aspire, m'appelle sur les chemins de traverse  bien sur les clous et ça commence à m'ennuyer.

 

 

A demain !

 

Dédicace à tous ceux qui hier ont habité le temps, le temps de parler l'art de ne rien vendre...

Publié dans Langage

Commenter cet article

Eglantine 14/12/2010 07:58



non pas mon vrai prénom !


mais j'adore les roses et encore lorsqu'elles sont sauvages



La Griotte 14/12/2010 15:52



alors beau choix !



Dr WO 13/12/2010 23:00



Bien joli texte. Les étoiles, c'est comme la mer, elles inspirent car elles nous écrasent.


Dr WO



La Griotte 14/12/2010 15:52



ou nous appellent !



La Griotte 13/12/2010 22:13



Salut la griotte,


 


Tout d'abord, pas de cachotterie(qu'on aille pas dire aptès que y'avait connivence), salut donc frangine.


 


Je me joins à ta dédicace à tous ceux qui ont partagé cette discussion sur le fait de ne rien vendre, bien que l'ayant vécu en direct, j'avais pas vu tout ça...


Belle journée que celle d'hier, ce soir, les étoiles sont toujours bien accrochées à leur place, demain il fera beau, froid, sec, montagne, nature...



La Griotte 14/12/2010 15:53



c'est pour ça que les artistes ont besoin d'agents infiltrés pour vendre, dire, aimer leur art !



Eléonor 13/12/2010 22:04



Au plaisir des mots et la beauté des expressions. J'adore et j'applaudis.


Eléonor.



La Griotte 14/12/2010 15:54



Merci ! maintenant, il va falloir assurer !



Eglantine 13/12/2010 20:07



bonsoir, je viens faire connaissance..La griotte hum j'adore ça ! je ne suis pas toujours très présente chez les
croqueurs depui quelques temps, bien que faisant partie des vétérans, mais ne ce moment ecrire, lire, les textes , les coms, suivre les commautés ..je m'essouffle et je m'égare...dis moi tout..tu
es" vieille" comment ches les croqueurs ?


J'ai bien aimé ton article


a plus...peut être ?



La Griotte 13/12/2010 21:54



Merci ! Jeune chez les croqueurs et vieille arrangeuse de mots, conteuse depuis toujours...


Une églantine qui échange avec une griotte : elle n'est pas belle la vie chez les plantes. Deux fruits rouges, l'un traverse l'hiver et l'autre ne passe pas l'été. Dis moi : c'est ton vrai nom
Églantine ? Ce serait trop beau !