"Les elles", le bit et moi

Publié le par La Griotte

ecransJe m'étais juré de ne plus aller fouiner à la Une du Parisien pour mes chroniques et PAF ! Je replonge : circonstance atténuante, c'est pour une Miss qui se souvient qu'elle a aussi un cerveau. Elle aurait dû s'en servir avant. Maintenant il va falloir rendre les jolis cadeaux... C'est pire qu'une mauvaise dope...

Je sais pourtant que l'intelligence de mes bien aimés lecteurs dépasse largement la barre requise pour se repaitre serein des faits d'hiver (le froid, la neige et ses conséquences néfastes sur le réseau routier, la facture chauffage, le camping sauvage sous les ponts , l'amour au jardin et mes engelures que je garde pour le jour où je n'aurai rien à me mettre sous la plume) dont nous gavent le Parisien et ses avatars.

 

J'avais décidé, en accord avec moi-même, de recommander une dernière fois l'abonnement à "Arrêt sur images" pour tous ceux qui désirent une information, des débats et des émissions de qualité, chacun son boulot...

 

interface2J'aime bien @si. C'est pour l'instant le meilleur exemple à mon goût du passage réussi au Net par des journalistes qui ont su le rester. Bon, je ne vais tout de même pas vous tenir la souris pour y fureter. @si a besoin de tous ceux qui ne veulent pas d'écran pollué par la PUB,  la rançon du gratuit sur Internet.

 

Par exemple, over blog propose une structure gratuite pour les bloggeurs du dimanche et des formules rémunérées en droits d'auteur à condition d'accepter quelques bandeaux publicitaires sur son espace.

 

C'est tentant de gagner sa vie à la force du poignet et des doigts noir d'encre mais hormis quelques pointures que s'arrachent les éditeurs, un bon écrivain se reconnaît, de tout temps, à son génie posthume.

 

Exemple au hasard : Desproges a toujours été excellent. Sa mort l'a rendu commercial. 

 "Les femmes qui tombent" reste l'ouvrage que je relis régulièrement, en rigolant toujours aussi jaune, en découvrant chaque fois des trucs que je n'avais pas vus avant. Essayez l'incipit à haute voix  : 

"Adeline Serpillon appartenait à cette écrasante majorité des mortels qu’on n’assassine pratiquement pas.
Elle n’avait pas d’argent, pas d’amour, pas de haine, pas d’attraits. Ses convictions politiques l’amenaient à conspuer doucement les augmentations du prix du gaz, rarement au-delà. Elle était moyenne avec intensité, plus commune qu’une fosse, et d’une banalité de nougat en plein Montélimar. Hormis le chat gris mou qui dormait sur son lit, personne ne se retournait sur elle, et encore moins dessous. Depuis quarante ans, elle rapetissait à petits pas derrière le comptoir de bois ciré de sa mercerie qui sentait le miel et la sciure fraîche, sans qu’on la prît jamais en flagrant délit de bonne ou de mauvaise humeur. (…)"

 


Je devrais arrêter ma chronique et vous laisser explorer le lien, me taire.

 

 

 

 

DSC00787Et bien non . Desproges est mort ? Continuons à vivre heureux en attendant la nôtre. À lire, écrire, créer, juste pour le fun (désolé, pas d'équivalent français !), en live, en ligne et en interactivité des chroniques pertinentes, jolies, poétiques, caustiques, décalées, déconnantes. Continuons à nous envoyer en l'air de rien sur les sites que j'aime, que je découvre grâce à vous, à partager nos rencontres avec des bloggeurs impertinents ou réfractaires comme je les aime, le Docteur WO et Âne Debout pour ne citer qu'eux.

 

Il n'aura pas échappé à mes lecteurs futés que je parle désormais de moi à la première personne du pluriel. Non point que la grosse tête me gonfle sous le chapeau à fleurs déjà évoqué, ni que l'usage immodéré des unes du Parisien en guise de matière première ait affecté mes fonctions cognitives mais je fais tout ici : lire, écrire, chercher, corriger les fottes, oublier les phottes, penser à demain qui vient toujours un peu trop vite sans oublier hier , avant hier et même pire, je dis ça pour mes ennemis, qu'ils se rassurent, je ne les oublie pas :  je préfère tourner 7 fois ma pioche dans ma main en attendant d'en faire des amis...

 

Je ne sais pas pourquoi, j'ai des ennemis. Non pas que je cherche à m'en faire. Une constitution physique plutôt fluette et une éducation irréprochable m'ont convaincue assez rapidement d'éviter les bagarres et les compétitions. Dans les deux cas, on se fait mal...Si on gagne, c'est qu'on a écrasé quelqu'un. Si on perd, c'est qu'on s'est laissé écraser. Bien des ex futures candidates à l'élection des Miss vous le diront ! Il semblerait que l'ironie qui suinte parfois de mes propos s'échappe également de mon sourire et que ça énerve...

C'est une tare familiale.

 

 

Non, si je parle à la première personne du pluriel, c'est qu'à ce jour je ne reçois pas beaucoup de propositions d'articles. Vous croyez que c'est ragoûtant la Une du Parisien & Cie pour quelqu'un qui chantonne "moi j'arrose les roses au fond de mon jardin ?"

 

 

Vous l'aurez compris, c'est l'heure du bilan. Novembre touche à sa fin et c'est pas trop tôt. Demain c'est l'anniversaire d'une amie et je lui consacre ma chronique. Décembre se pointe avec son abominable calendrier de l'avant, son cortège de pubs, ses orgies sous cellophane, ses réjouissances confites...

 

STOP

 

C'est comme à l'école quand je n'ai pas envie qu'on me pète les gonades (c'est pour contourner le contenu adulte !) avec le PN....

 

Image sensible ci-dessous 

 

DSC00348Mon avis n'a pas changé depuis ce modeste calligramme directement inspiré d'Apollinaire. À l'époque, j'en avais bavé des ronds bonnet rouge à la con pour planter un sapin à l'envers à l'écran, juste avec un traitement de texte iconoclaste au point que les experts en bit de tous poils, surtout les plus imberbes, se demandaient comment j'avais fait. Lorsqu'ils ont compris que c'était du travail artisanal et que ça ne rapporterait pas un sou, ils ont un peu boudé et se sont vengés en demandant un formulaire, que j'ai commis en prenant soin de ne pas l'activer...

 

Je vous parle d'un temps où l'e commerce pataugeait dans la lenteur de sa préhistoire et formait à tour de bras les vainqueurs du NASDAQ, parmi lesquels je m'étais égarée, nous y reviendrons.

Je n'ai jamais réussi à produire un formulaire ni un QCM mais je tiens au petit jeu que j'avais proposé alors, à savoir :

 

élire le mot le plus con de la langue française

 

 

 

cacadou 016Je ne devrais pas écrire CON. C'est un contenu adulte et les filles qui écrivent des contenus adultes sont privées d'élection de MISS. Elles peuvent à la rigueur devenir ministre, Présidentes si ce sont des garçons un peu petits et nerveux avec un vocabulaire limité et une syntaxe approximative, mais pas MISS France.

 

La suite est réservée à celles et ceux que la foire aux bestiaux en bikini organisée chaque année (juste avant qu'oies,  dindes et autres volailles finissent plus dorées craquantes et juteuses qu'une Miss qui va gagner à côté des grosses patates sautées) n'intéresse pas et qui n'ont rien sur le feu et qui aiment jouer à des jeux où on ne gagne ni ne perd rien que son temps. Respirez, ça ira mieux ! Je viens de me la faire à haute voix pour être sûre qu'elle passe.

 

J'attends vos suggestions assorties d'un bref commentaire tout en bas de n'importe quelle page du blog, c'est toujours à la même place les commentaires et on ne confond pas avec le contact, à gauche, qui arrive direct dans ma boîte électronique et que les autres ne peuvent pas lire. Alors que vos commentaires, si. J'aimerais me sentir un peu moins seule dans le choix de l'actualité qui fait mouche du coche. J'ai besoin de contraintes d'écritures extérieures pour m'éclater vraiment.  Je ferais un excellent nègre. D'ailleurs, j'en ai toujours rêvé.

 

 

 

portail.jpgJ'adore qu'on me dise : "Je voudrais persuader mes clients que mon déodorant, qui a un parfum de chiottes, épouse à merveille le gros grain gras et puant de la peau sous les aisselles".  Donc vous fabriquez un portail avec plusieurs entrées comprenant votre CV, un journal en ligne, une galerie marchande, un magasin d'images et je ne sais plus... Tout un tas de trucs à vendre, à commencer par soi-même... (Elles me font un peu sourire NPNS... Je penche plutôt pour la chanson de Tachan " On est tous des putes ". Sauf que les seules qui soient respectables sont celles qui l'assument.)

 

J'avais expliqué à mon visionnaire professeur de HTML (c'était le tertiaire du Web, sans ADSL ...) que j'étais venue là juste pour explorer un peu cet univers qui s'ouvrait... Que je ne voulais pas vendre de la soupe ni du soap. Que j'avais envie de naviguer, chercher, comprendre et inventer un mode d'écriture littéraire adapté à l'outil merveilleux que je pressentais, quoiqu'il fût exceptionnellement rétif à mes débuts...

 

 

dujourLas, j'avais employé plusieurs mots inconnus au bataillon d'abréviations que cet émule du bit balançait bouffi comme la grenouille à nos faces de veaux du Web, construit deux phrases complexes et aucun de ses formulaires ne traitait ce genre d'information.

 

Qu'on pût désirer apprendre pour le plaisir de chercher lui paraissait aussi incongru qu'un "symptôme de rubéole dans un steack tartare". (Depuis le temps que j'essaie de la replacer, celle là ! Toujours le grand Pierre, cherchez vous-mêmes !).

Je l'énervais avec mes idées de voyage, mon souci de l'orthographe et de la belle ouvrage et ma certitude qu'un jour, les poètes, les artistes, les musiciens, les vagabonds, les pirates, les génies, les sentinelles, les vigies, les musiciens reprendraient aux marchands cette nouvelle écriture qu'ils venaient d'inventer.

 

D'accord, ça prend du temps et il est plus facile d'acheter un sous marin nucléaire, de retrouver les codétenus de la classe de quatriéme dans un coin paumé d'une réserve agricole, de vendre du vent et des produits financiers (oui, je sais, pléonasme !) sur le Web que de créer du sens, du lien, de la mémoire vive, du plaisir, de l'inutile indispensable, de l'art. Seuls les "libres" y parviennent pour l'instant mais ça vient.

 

images blog 003Il en a fallu du temps pour passer des tablettes d'argile gravées aux balbutiements de l'alphabet avec en sus l'insertion géniale des voyelles ! Encore quelques siècles pour imprimer, puis enregistrer... Avoir inventé tout ça avec juste un peu de matière grise et finir enrobé de matière grasse à force de gober les pubs et les modes les plus ineptes, n'est-ce pas ballot ?

 

Message commercial !

 

Si quelqu'un parmi mes lecteurs offre la "console de jeux sans les mains" à un enfant qu'il n'a pas délibérément envie de pourrir, qu'il m'explique les avantages de ce modèle sur les précédents. Et qu'il m'explique en quoi les précédents étaient mieux que les précédents et s'il trouve un baril de Kapla livré avant 2011, je prends, c'est urgent. Merci.

 

 

Copie de DSC 0205Pour les enfants qui ont envie du jeu Guitar Hero, il existe encore des comptines qui picotent du pain dur, des magasins d'instruments de musique et en plus, une guitare, ça sent bon, on peut dormir avec, c'est Keith Richard qui l'a dit... Guitar Héros, pardon !

 

J'avais accepté les consignes et pondu, après des heures de solitude absolue sur une putain de machine qui disait tout le temps "no signal", un travail dont je reste très fière, quoi que totalement hors sujet ! Un peu comme quand tu dois raconter tes meilleures vacances à la rentrée et que tu n'aimes pas les vacances.

 

DSC 1635Le jour où j'ai enfin réussi à prendre la mer toute seule, j'ai tapé "georges brassens" et j'ai trouvé tout ce que je voulais connaître de mon héros d'enfance sans avoir imaginé que ça existait.  J'étais enthousiaste. Alors j'ai tapé "conte de fées" et je suis tombée, malgré les filtres (nous étions dans une université) sur un site plus que douteux. En 20 secondes, j'avais navigué du meilleur au  pire : c'était à gerber !

La seule manière de détecter l'un et l'autre était de se former, et plus vite que ça.

 

J'étais plus larguée qu'une réfugiée afghane débarquée dans une classe de cp en cours d'année. Pour passer le temps (je ne réussis toujours pas à comprendre quand on me parle en abréviations), je fabriquais des images avec les moyens du bord, écrivais le carnet de voyage et mon CV, ce qui est rapide quand tu as passé ta vie d'un côté ou l'autre du bureau d'une salle de classe.

 

 

Cruelle destinée :

 

Plus polyvalent qu'un instit ancienne formule ? Mike Giver ! Et pourtant, quand tu te pointes avec ton CV, tout le monde rigole avec pour certains, un léger désir de vengeance.

 

J'ai ainsi commis un labyrinthe, (je me plante toujours avec ce mot !) toujours en ligne même si nombre de liens ont disparu : c'est long, 10 ans pour internet...

 

Personne d'autre que moi ne peut y naviguer et s'il y a un fil, c'est celui que tissent mes synapses, IN MY BRAIN. Je ne me suis pas cassé la tête à donner des noms farfelus à mes images, ne rien trier, suivre mes inspirations du moment, les marier avec mes souvenirs pour dévoiler au premier trafiquant de formulaires venu le chemin de ce site totalement inutile. (Encore plus inutile qu'un concours de beauté pour éventuelles futures Miss Trouducudumonde qui claquent la porte dès qu'elles se rendent compte qu'il pleut aux Maldives...) 

 

Et je me fous comme de mon premier fichier joint qu'on reste ou pas dans le labyrinthe ou sur le blog...

Puisque l'un et l'autre sont des livres, juste des livres...

 

 

 

 

Je dédicace cette chronique à mon neveu, qui est en train d'apprendre les rudiments du métier et qui a parfaitement compris le but de sa formation : fabriquer des sites lisibles, efficaces, sur lesquels on va piéger le plus longtemps possible l'éventuel acheteur puisque le temps passé sur une page ne l'est pas sur celle d'un concurrent.

Moi j'ai envie que ceux qui restent sur mes pages le fassent parce qu'ils le désirent... Rien à vendre, rien à acheter. 

 

Les commentaires c'est juste en dessous pour ceux qui sont arrivés jusqu'ici... A partir de mardi, c'est vos idées, où ma vie.  Et c'est pas drôle un demi siècle à l'école ! Tout le monde peut pas naître sur un rocher, à part chez les moules !

Publié dans Langage

Commenter cet article

laophi 08/01/2011 14:00



Je déconne mais je ne moque jamais.


Cruel dilemme que ton jeu du mot con car si nous ne mot con pas comment les immortels qui sont hélas sourds mais sensibles à la moquerie, entendront notre cri. AIE!!!!!!!!!!


J'ai franchi la première barrière je suis prêt mais tant de mots cons fleurissent notre dictionnaire que le choix est cruel car la connerie d'un mot peut s'afficher dans son existence tout autant
que dans sa légitimité.


Allez je me lance mais dans le soft pour ne pas froisser les esprits à l'occasion d'un premier passage. Le mot est : on


En effet quoi de plus con qu'un mot inutile, qui sert de protection pour ne pas affirmer ses convictions, ses sentiments, ses croyances,... d'ailleurs rien que le relativiser indique qu'il est
con : Qu'on .....


A l'occasion d'un prochain jeu, lance tes lecteurs vers une autre quête et assez connexe. Quel mot manque le plus au dictionnaire ?


Bonne route à toi, sincèrement sans déconner ni me moquer. 


 



La Griotte 08/01/2011 19:37



Hélas, pas assez calée pour savoir cela... J'aimerais tant con-naître tous les mots de mon tout petit dictionnaire !


Pour l'instant, je suis sur un autre blog : http://questionspourunmorpion.over-blog.com où j'ai lancé un jeu encore plus con, celui de l'élection de la bouse de la semaine... C'est Séguéla, le
plus grand manipulateur de mots, qui est monté sur le trône mais Servier guigne son titre... la réponse mercredi.


 


Merci pour ce super joli commentaire !



FotoXe33 29/11/2010 22:06



Coucou tata, et merci pour la dédicasse. :)


Je tiens à rectifier aux yeux de tous un léger mal entendus à mon sujet (pas que j'ai peur d'un quelquonc jugement de la part de qui que ce soit, ni qu'une quelquonc honte ou vexation n'émane de
moi même, mais simplement pour remettre les choses comme elles sont).
Tout d'abord, non je n'apprends  pas l'informatique dans un but commercial, mais bien au contraire dans un but de libre accès pour tous et toute.
Deuxièmement, non on ne nous apprends pas à piéger le visiteur sur un site et ce dans un but de concurrence cruelle et dépourvu de sentiment, mais juste a rendre nos page le plus
agréable qui soit afin qu'un visiteur prenne plaisir à en lire le contenu quel qu'il soit... Ce donc non pas dans un but commercial mais plutôt par soucis pour nos chère visiteurs et/ou
lecteurs...


Enfin, je continu a répéter qu'un site n'a pas forcément a avoir un but précis comme tu l'as si bien dis... La preuve dans le lien de mon site (enfin celui que j'ai choisit pour l'occasion), qui,
bien que moins poussé dans la réflexion ou d'un contenu d'aussi bonne qualité que ce blog (oui les fautes, mon points faible... comme quoi, il faut croire que ce n'est pas un géne
transmissible familiale-ment :p), revendique tout de même son non utilité fièrement !


Sur ceux, bonne soirée à tous, et bonne continuation tata :)



La Griotte 30/11/2010 05:09



Envoie le lien dont tu parles sur ma boite électronique : c'est précisément ce que je recherche, le sites libres, inutiles et indispensables ! On continue dans une prochaine chronique !



chris-jeanne 28/11/2010 23:28



A ajouter à la liste d'aptitudes nécessaires au métier d'instit de mater : dératiseur ! (au sens propre, s'il vous plaît) après psy, plombier , électricien, infirmière, conseiller conjugal et
assistante sociale, juste entre con-cierge et bonne à tout faire ! mais ça c'est une histoire, Guilou, que je te raconterai de vive voix, moi qui sait un peu conter mais pas blogger.


 



La Griotte 29/11/2010 08:06



J'étais sûre que tu goûterais la comparaison... Patiente un peu : dès le premier décembre, je fais un spécial Noël en maternelle !