Mes grands mères

Publié le par La Griotte

Ne jamais remettre à demain ce que tu pourrais ne pas faire : ça s'appelle des regrets, pire des remords.

  

cacadou 016Or, j'ai dit hier que je parlerais de mes grands mères alors que très peu de gens s'intéressent aux grands mères en général, sauf quand elles s'enferment dans les salles de bains ou possèdent plus de savons et shampoings qu'il n'en faut pour briquer l'essentiel et que nous sommes encore moins nombreux à connaître les miennes, qui rétrécissent à vue d'oeil dans des établissements prévus à cet effet.

Je sais : c'est une phrase un peu longue dont je viens de vérifier la validité syntaxique mais c'est la manière la plus sûre que j'ai trouvée pour éliminer de ce blog tous ceux qui préfèrent manger debout avec un téléphone dans l'autre main. Et depuis que j'ai appris que je faisais de la circonlocution sans le savoir, je suis rassurée : c'est un style difficile à assumer à l'heure où le but d'un site est de retenir le visiteur potentiel en lui proposant des voitures de toutes les couleurs, des voyages dégriffés, des moules à tartes supersonniques...

  

Jeu :

La circonlocution et les mots clés totalement farfelus, l'arme absolue contre les robots à tête chercheuse. Mon petit jeu fonctionne à merveille : la pub que je reçois me réjouit chaque jour davantage et prouve qu'un moteur de recherche sans personne de l'autre côté n'est qu'un assemblage inepte de boulons miniaturisés.

 

 

 

DSC00580Revenons en à mes grands mères dont vous serez ravis d'apprendre qu'elles sont toujours vivantes, pulvérisant l'espérance de vie moyenne d'une française.

Comme j'ai un truc prévu en 2087, j'aimerais croire que cette longévité est congénitale, ce qui avec les progrès de la mécanique me laisse bon espoir.

En fouillant dans les archives familiales, j'ai appris que la grand mère de l'une d'elles était devenue plus que centenaire. En rangeant la maison de l'autre, j'ai trouvé plus de médicaments que ne pourrait en supporter un foie d'oie avant la casserole. Toutes deux sont pourtant là, habitant le temps qui leur reste à vivre comme elle l'ont toujours fait, c'est là que je voulais en venir.

 

DSC00764Mes grands-mères sont trop importantes pour que je les expédie en une chronique, même un peu longue. Le sujet vaut un livre, surtout si j'interroge mes frères, soeurs, cousins et cousines. Le genre de grand-mère qu'il faut aller voir avec une galette et un petit pot de beurre...

Sauf que le loup ne les a pas bouffées !

 

Ce que j'aime chez mes grands-mères, c'est ce que j'en ai retenu : l'envie de vieillir, avec tout le kit. Elles n'ont jamais cherché à rester jeunes parce que ce n'était pas encore la mode, ont parlé de leur jeunesse comme d'un temps difficile, se sont détestées avec constance puisque mes parents, en épousant respectivement leur fille unique et leur fils aîné, semblaient échapper à leur contrôle.

 

Elles avaient toutes deux de nombreux chats et des principes d'hygiène draconniens quoi que divergents, qu'elles appliquaient à la marmaille qui leur était confiée pendant les vacances scolaires, afin que mes parents profitassent un peu des leurs. (Je n'ai pas trouvé le subjonctif imparfait de jouir, dommage !). Aucune ne m'a emmenée à la messe de minuit malgré mon goût pour les sons et lumières et toutes deux ont tenté de corriger ma nature plus attirée par les chemins caillouteux et la cueillette des sauvages que par l'art de dresser une table.

 

bassine.jpgC'est dans leur manière d'apprendre la propreté que j'ai  reçu l'héritage le plus édifiant qui soit : comment s'occuper du chat et qu'est-ce que l'essentiel.

Elles sont encore vivantes et ça ne devrait plus durer bien longtemps. Elles tireront leur révérence, chacune dans son registre, on en brûlera une et on enterrera l'autre auprès d'ossements qui sont peut-être ceux de son soldat inconnu parti un jour de Noël à une guerre qui aurait pu ne pas être la sienne.

Elles partiront sans cérémonie et ne liront pas ces lignes. Leur mémoire s'est enfuie ou réfugiée en un temps qu'elles ont habité comme elles ont pu, parfois en se vengeant sur ceux qui leur prenaient beaucoup de temps. Mais elles étaient des grands mères, des vraies, vieilles et fières de l'être, des histoires de leur temps passé à le devenir plein la bouche.

 

J'ai donc décidé de devenir vieille et de mourir en bonne santé : je laisse mes rides se dessiner, mes cheveux blanchir, le gâtisme me guetter, ma mémoire et mes phrases circonlocuter avec des histoires à raconter, inventer, recueillir... Je n'ai pas encore résolu le problème de la méchanceté qui semble payer en terme de longévité. En attendant, je vais peut-être bien me mettre au latin !

 

 

Dédicace spéciale à tous ceux qui ont un son et lumière en 2087.

Publié dans Beauté

Commenter cet article

le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com 28/12/2010 22:20



Bonsoir, nous avons un point commun: la décision de devenir vieilles et ridées. Pour la méchanceté, je n'ai pas encore trouvé. Si de votre côté... merci de me faire signe! Ceci dit, j'ai aimé ce
texte et les circonvolutions ne m'effraient pas. Bonne fin de soirée!



La Griotte 28/12/2010 22:54



Les rides, ça protège des cons !



Les chemins d'Anne Le Sonneur 28/12/2010 21:24



J'ai donc décidé de devenir vieille...Je n'osrai pas dire sage décision, j'aspire simplement à vivre et ouvrir très
grands les yeux. Pourtant, ill n'est pas de plus beaux sillons que ces rides sur un visage. Merci pour nos chemins croisés et ces mots qui disent nos grand-mères. Anne



La Griotte 28/12/2010 22:54



Pas si facile mais c'est ça ou mourir jeune, non ?



pascal spitz 28/12/2010 21:05



merci Guilou pour ton énergie à garder notre tète fraiche;à ta lecture ,je pense que le calendrier n'a qu'a bien se tenir,en portant notre mémoire et la transmettre...Grand bon vent, P



La Griotte 28/12/2010 22:52



Je fais ça juste parce que je ne sais pas jouer du piano ! Bises



Pangloss 28/12/2010 19:43



Pour le latin, j'ai un truc qui marche. Sérieux!



La Griotte 28/12/2010 20:04



Je prends, sérieux aussi... 2087, ça fait encore 77 ans pour apprendre la vie !