Migraine

Publié le par La Griotte

Ça m'apprendra à pisser des chroniques au vitriol !

 

 

  

DSC00764C'est le bon Dieu qui m'a punie comme disait mère-grand lorsque je me blessais après avoir proféré ces vérités qui sortent de la bouche des enfants ! J'étais spécialiste des maladresses en tout genre, plus prompte à manier le verbe que les outils lavants, briquants, ravaudants, brodants, cousants qu'on colle habituellement entre les pattes d'une fille bien élevée.

 

À ma décharge, j'ai longtemps cru que j'étais un garçon, confusion entretenue par un grand père qui m'emmenait chercher les bolets, cueillir les myrtilles, débusquer le soleil avant qu'il ne passe les crêtes, commenter l'actualité dans la cuisine désertée par les téléspectateurs qui déjà, préféraient l'étrange lucarne...

(L'autre ne traquant plus que les pissenlits par la racine depuis le début de la dernière, pourvu que ça dure !)

 

Je ne comprends toujours pas pourquoi cette famille de mécréants, anarchistes pour certains, laïcs pour tous employait cette expression.

Comment un type dont l'existence fait toujours couler nombre de liquides et humeurs, unanimement reconnu pour "bon" par ses zélateurs, peut-il punir une petite fille malhabile qui se blesse ?

 

bouilloires.jpgSoit il était bon, donc juste et ne punissait pas, en tout cas pas à la légère. Soit il punissait comme un vieux grincheux caractériel et fatigué qui file un coup de pompe au chien pour se soulager et il n'était pas bon, donc pas Dieu.

 

Ajouté à mes conciliabules sur Noël avec une amie d'enfance affranchie sur la sainte trinité et tout le tralala, l'argument pesa lourd de conséquences lorsqu'on essaya de me refiler du prêt à penser.

Je flairai la grosse arnaque et collai dans le même sac Dieu, certains adultes, le Père Noël, Jésus pour me concentrer sur des contes et légendes plus accessibles à la logique enfantine qui souffre qu'on lui présente des fables comme des vérités établies et reconnues de tous.

Aujourd'hui encore, il m'arrive de suspecter les adultes au pouvoir de fabriquer sciemment des crétins. Je ne suis évidemment pas la seule mais brisons là, depuis quelques heures je peux enfin tourner la tête sans provoquer un tsunami et j'aimerais goûter au plaisir simple de ne plus avoir mal.

 

dujourAinsi, j'ai toujours eu des migraines.

Aussi loin que je me souvienne, j'ai négocié avec cette vacherie. Celle d'aujourd'hui mérite une mention sur l'échelle des casse-tête qui pourrissent mon empathie naturelle pour la veuve et l'orphelin, un certain sens de la justice et, l'âge aidant, une sagesse étayée par un sens encore timide du lâcher prise avant de péter une veine.

 

C'est un handicap la migraine.

Tout à coup, juste pour retrouver l'usage normal de mes cinq sens et l'équilibre de mes hémisphères, je vendrais père et mère au plus offrant ! J'aurais dépecé la vieille dame myope qui a longuement autopsié son sandwich puant (tout pue quand on a la migraine) en tripotant minutieusement le papier d'aluminium qui s'était bien entendu collé là où c'est mou. En plus, elle ne voulait pas salir son immonde pull fuchsia ! (Tout est immonde quand on a la migraine !)

Si j'étais présidente quand j'ai la migraine, je serais capable d'inventer loppsi 2 en pire. J'interdirais le papier d'aluminium pour commencer.

 

babaQuand je pense que j'avais pris une place en compartiment Zen car l'usage des entonnoirs à MP3 chez mon voisin de siège me rend très vite nerveuse.

Là encore un truc m'échappe. Comment se peut-il que des écouteurs soient entendus par d'autres oreilles que celles qu'ils s'appliquent à ruiner ?

Il semble que je jouisse d'une ouïe exceptionnelle, ciselée aux sons piqués à la nuit qui tombe, la forêt qui se referme, la vallée qui se rapproche...

Avant d'intervenir, j'ai donc observé mes voisins de torture la dernière fois qu'une donzelle équipée pour tuer tout germe d'intelligence en elle s'installa à mon côté gauche, celui qui entend le mieux.

 

"- Pardon mademoiselle, vous pouvez baisser s'il vous plaît ?

- Pourquoi ?

- Parce que j'entends et que je n'en ai pas envie.

- Et alors ?

- Et alors je ne vous oblige pas à lire mon bouquin, ne m'obligez pas à écouter votre truc !

- Pfffffff !"

 

DSC 1635Tout le wagon, déjà plein des tracas à venir, souffrait comme moi de cette intrusion sonore mais personne ne broncha : la jeune pétasse était branchée jusqu'au bout des ongles et infligeait tout ce que la mode produit de pire. J'ai prié pour que le bon Dieu la punisse et que son extracteur de bruits tombe par terre que je le piétine longuement du talon. Ce que je lui expliquai lorsqu'elle envisagea de me laisser passer devant elle :

" Non merci. Je ne voudrais pas rater votre truc s'il tombe ! "

 

Vous l'aurez compris, je suis partie visiter les ancêtres et revenue, récoltant au passage une de ces mémorables migraines qui font tant de bien quand elles s'arrêtent : tout à coup le monde est plus doux.

Pour un peu, j'en oublierais Loppsi 2, les écouteurs greffés sur des cerveaux optionnels et ces quelques bagatelles que vous êtes assez grands pour découvrir si vous avez vraiment envie de passer une mauvaise soirée !

 

Dédicace spéciale à tous ceux qui par leurs commentaires, leurs avis m'encouragent à écrire même quand la migraine guette !

Publié dans Langage

Commenter cet article