7,8,9 dans un panier neuf

Publié le par La Griotte

DSC 0888Où la Griotte qui est enfin arrivée à bon port (Ben oui, je suis au bord de la mer !)  après une série d'aventures dans la vieille voiture bleue qu'elle garde pour une fois où la UNE du Parisien sera plus triste qu'un jour sans Brice, ferait mieux de penser aux cadeaux vu qu'elle est invitée chez des gens adorables et je ne dis pas ça parce qu'il leur arrive de lire mes chroniques. (Débrouillez-vous pour la respiration, je vous dis que ça passe à l'oral, je viens de tester).

 

Jusqu'à hier, j'avais l'âme sereine de celle qui sait que ce n'est pas parce qu'on n'aime pas la dinde aux marrons qu'on est obligé d'en dégoûter tout le monde. Savoir qu'un truc est mauvais n'empêche pas d'aimer ça : "Vous aimez tout ce qui est bon ? Et bien c'est très mauvais !"

 

Exemple de Noël :

 

Le chocolat allume immédiatement mon gros bouton rouge sur le nez. Ça ne m'empêche pas d'en manger y compris de fort douteuse qualité et de m'achever en m'enfilant une canette de coca, tout ça juste avant le réveillon de Noël, dont on ne connaît pas encore les effets secondaires pour la cuvée 2010, soyez patients Nom de ... d'une pipe de bonhomme de neige.

 

DSC 0576Les plus perspicaces auront saisi qu'après une séquence Nostalgie le long de la rivière qui a creusé un lit époustouflant le long d'une vallée du même nom, nous avons pris l'autoroute, ce qui est un contresens. C'est l'autoroute qui nous prend pour des cons auxquels on peut piquer un maximum de pognon en un minimum de temps.

 

Celui-ci s'obstinant à l'humide tendance déluge, nous optâmes pour la solution d'imbécillité qui consiste à choisir la même que tout le monde. Non seulement il pleuvait dru, mais nous étions nombreux à nous rendre dans le Sud, en raison des conditions de vieillesse plus douces en dessous du Tarn, allez savoir pourquoi. Encore un Mystère que nous tenterons de résoudre sans en parler à Nic et ses potes qui sont au Maroc, ça va nous faire des vacances de Noël un peu plus calmes. Pour ceux qui essaient de me suivre malgré tous les méandres, Noël est la fête de la peur du noir vaincue par le jour qui se relève difficilement comme nos vieux parents 

 

DSC01716La météo était vraiment teigneuse hier sur la moitié Nord Est du Pays. Les nuages étaient menaçants et pleins de neiges tellement énormes que même les patrons des entreprises avaient laissé leurs salariés s'échapper plus tôt pour qu'ils arrivent tous en même temps à la crèche avant d'aller acheter les cadeaux. C'était le bordel en Ile de France et un sourire diabolique se dessinait à l'insu de mon plein gré dans un coin de mon cerveau que je ne maîtrise pas bien des femmes vous le diraient si vous les écoutiez.

 

Nous étions contents de quitter la moitié du pays harcelée par cette méchante météo à la solde de chroniqueurs impi(e)toyables à l'affût derrière les colonnes et les UNES de médias toutefois respectables.

 

DSC 1137Ah ! Les flash météo du 23 décembre 2010... Plus beaux que des contes pour enfants, tout enveloppés de cet animisme cependant systématiquement traqué à l'époque où les voyages organisés s'appelaient des missions civilisatrices  et où les leçons de choses marquaient durablement les esprits avides de connaissances...

 

C'est Fillon qui a raison : Les responsables du grand bordel 2010 sont à la météo : On ne dit pas " les nuages menaceront" mais "sortir en bagnole aujourd'hui, même pour aller bosser, relève de l'inconscience pré pubère d'un gamin qui allume la bouteille de laque de sa mamie pour que son avion à réaction fonctionne en vrai ". Le mec il te raconte la météo comme si c'était le pays des Bisounours ! Non ! La météo, c'est un peu de géographie, beaucoup de mathématiques physique étayées par un solide bon sens et l'expérience.

 

Ainsi, en hiver, j'ai ma combinaison de ski dans mon coffre, rarement mon maillot de bains pour la piscine, même quand je vais passer Noël à la mer.

 

CITROUJ'étais tranquille, j'étais peinarde. Je ne conduisais pas, me goinfrais de paysages qui défilaient plus vite que je tape, écoutais la radio en pensant aux amis que je laissais tout seuls dans leur maison isolée au milieu des bois avec l'eau qui monte, les chasseurs tout autour qui allaient quérir la nourriture carnée du réveillon dans le respect de la nature de ladite nourriture, les réparateurs du téléphone qui arrivaient en même temps que ceux du toit au moment précis où la voiture bleue s'embourbait dans un fossé dissimulé par la végétation, c'est là que les aventures commencent mais c'est un exercice d'imagination : chronique d'une pagaille imprévisible, vous avez une heure !

 

hiver 009A l'arrière, pas de chien à abandonner ni d'enfants à gourmander pour leur bien, vu qu'ils sont assez grands pour savoir ce qui leur fait du bien mais quand même, s'il pouvaient m'envoyer un SMS ça me ferait plaisir ! Rien qu'un fatras de cadeaux faits et à faire et le souvenir de la confiture de mûres à peine refroidie sous leur étiquette bricollée*  (*collée pour Brice) en deux coups de cueiller à pot et je sens, quand je dis ça, que vous n'y croyez pas à la confiture de mûres un 23 décembre alors que la neige vient à peine de fondre.

 

Pourtant, j'ai dormi sur le canapé juste pour rester dans le parfum d'automne sucré qu'on peut trouver chez certains vendeurs d'odeurs en flacons...

 

Langue au chat

 

DSC 0613J'habite le temps grâce à certains rites au rang desquels gelées et confitures de baies sauvages figurent en pool position, je dis ça pour les sportifs qui savent aussi lire tout en ne sachant pas l'écrire. Or, à la suite d'évènements climatiques indépendants de ma volonté, un pléonasme pour ceux qui suivent, une météo de merde pour les habitués, les mûres l'ont été alors que je ne pouvais pas les cueillir.

Heureusement, j'ai une amie ! Elle a affronté sa peur des serpents qui roupillent dans les ronces et son indolence naturelle pour ramasser et stocker au congélateur** de quoi rattraper l'automne perdu. Nous avons donc passé la journée la plus courte de l'hiver à capturer le soleil congelé dans des verrines étiquetées de bric et de broc.

 

**Attention, ça ne marche pas avec les bébés,le congélateur !

 

 

 

DSC 0763A ce moment de la démonstration, j'aurais dû ajouter une photographie sur laquelle les plus scientifiques se seraient penchés en se demandant mais "Comment a t-elle fait ses étiquettes ?" sachant que ce qui m'énerve le plus, ce sont les étiquettes qui ne se décollent pas quand on lave les pots pour l'an prochain et qu'il est hors de question d'acheter une étiquette !

 

Las ! Vous avez d'autres chats à fouetter en ce dernier jour le plus court de l'année et moi, j'ai des cadeaux à envelopper, sinon ça compte pour rien et je ne voudrais pas qu'on puisse imaginer que je m'en fous comme de mes premières frivolités, de l'emballage des cadeaux. C'est pas parce que Noël me chagrine que je vais en dégoûter les autres !

D'ailleurs, ce soir, je vais à ma première messe de minuit.

 

Demain, exceptionnellement, la chronique est déjà prête. Une certaine constance semble de rigueur le 25 décembre et trop d'originalité tue, bien des hérétiques vous le diront. Après demain, vide grenier sur la place du village, ce qui prouve qu'il n'y a pas que sur internet qu'on se débarrasse des cadeaux qu'on n'aime pas.

 

Conseil en forme de dédicace à tous ceux qui auront reçu un truc affreux, inutile déplacé...

 

Si c'est de la malveillance, ce qui peut arriver dans certaines relations mères-filles et inversement, cassez-le et cassez-vous.

Si c'est vraimentpas à sa place chez vous, donnez-le.

Si quelqu'un qui vous aime vous a offert une étrangeté, interrogez-la...

Mais de grâce, ne le vendez ni sur internet ni ailleurs : c'est dégueulasse !

Publié dans Temps

Commenter cet article

Pangloss 25/12/2010 11:55



Vérifie ton adresse quand tu mets un commentaire: quand j'ai voulu te répondre, je suis tombé sur "Ce blog n'existe pas". Salut!



La Griotte 25/12/2010 12:08



C'est ça la classe : réussir à écrire à quelqu'un qui n'existe pas ! Merci pour l'info et joyeux Noël !