Best of !

Publié le par La Griotte

C'est l'effet rock & grolles

 

 

 

Avertissement : ce very best of est un sommet de mauvais goût imputable à une distorsion mentale de l'auteur qui parfois dérive vers "égalité des sexes" dans un monde où "équivalence" sonnerait plus juste. Mais, si tu es un lecteur pugnace et désoeuvré, tu trouveras sans peine le proverbe caché par le bon sens de mère en fille !

  

cochon 026Beaucoup de difficultés à chercher l'équivalent français de "VBO" surtout quand il n'y en a pas.

Essayez un peu pour voir : "très meilleur de" ! Ça sonne pas. Un peu comme quand, pour protéger la langue de Voltaire, vous invitez votre copine à aller faire les courses ou, crise oblige, du lèche vitrine. Elle prendra un petit air gêné en vous disant :

"j'peux pas, j'ai mes périodes !"

 

Je vous avais prévenu : dès qu'une nana parle de ses menstrues à table, au blog, au lit ou ailleurs que chez la gynécologue le jour du dépistage de la ménopause, c'est le bide. Ou le Flop. Ça dépend des goûts. Donc, pour les âmes sensibles et ceux qui préfèrent continuer à croire que je ne dis pas de gros mots, n'ai jamais de pensées un peu écoeurantes, retournez à la case je m'ennuie. D'ici là, j'aurai terminé en douceur.

 

 

DSC00239"j'peux pas, j'ai mes périodes !" est une blague auditive et seuls quelques heureux initiés à l'accent Comtois dans certaines conditions de température, de compagnie et de pression peuvent goûter parfaitement l'effet comique. Un peu l'équivalent d'une citation des Beatles dans un morceau de variété. Si tu connais pas les Beatles, ça t'échappe.

 

Pour en revenir aux périodes en Franche Comté, le problème est moins de trouver le tampon le plus discret et/ou la serviette la plus absorbante que la fringue chaude et pratique lorsque le mercure descend en dessous du zéro pointé et que par malheur il faut profiter du plantage dans le fossé à cause de ce c... de Parisien qui a pilé avec sa p... de BMW pour changer le matériel usagé. Les mecs ne peuvent pas comprendre VRAIMENT.

Même moi, comtoise rompue à déneiger le pare brise à mains nues faute d'essuie glaces en état d'essuyer quoi que ce soit et surtout pas le pare-brise, accrochée en rappel à la ceinture d'insécurité j'ai mis plus de vingt ans à admettre que les avantages calorifiques de la combinaison intégrale étaient incompatibles avec le temps des périodes ! Il a fallu choisir :

 

- Avoir chaud et rester dans le mouvement et risquer l'inondation en cas de chutes de neige

- Avoir chaud et rester à la maison

- Avoir froid et rester désirable

- Avoir un bouquin à terminer

- Aimer la neige 

 

Les règles c'était l'excuse, en catimini et en ricanant, pour la piscine dans les années 70, les années où déjà, j'aurais aimé avoir 10 ans de plus.

Je la refais, tout le monde peut se gourer, surtout pour placer à tout prix une blague, ça commence à me poursuivre les idées fixes.

 

bouilloires.jpg-Nan, j'peux pas, j'ai pas d'escarpins à talons pour aller avec ma doudoune à paillettes et j'ai filé mes collants en poils de lapin à ma frangine qui a pété son épilateur électrique, alors tu comprends, elle peut pas sortir ! On dirait l'abominable femme des neiges... D'ailleurs, je te le dis mais tu le répèteras à Personne, elle est tellement poilue que quand elle va à la piscine, on dirait qu'elle a un tigre des neiges dans le moteur...

 

-Allez, viens, tu t'en fous, t'as qu'à mettre un niqab, on peut conduire avec maintenant ! C'est super mode, je t'assure : écoute la chronique de Régis Mailhot avant qu'elle ne soit plus en ligne !"

 

- Non j'te dis ! j'peux pas, il neige.

 

-Oui et alors ? Attends là, tu nous fais quoi ? T'es capable de faire la queue pendant 3 plombes pour aller acheter une petite culotte déchirée à une vente privée et tu ne viens pas à cause d'un coton tige de neige ?

 

 

Le coton tige est l'unité de mesure inventée par une blogueuse tellement drôle que si j'étais en compétition avec elle sur le marché du travail ou de la littérature ou du sexe ou du sport ou du poisson frais, je serais jalouse et je ne vous ferais pas profiter de ce mémorable instant de rire absolu, meilleur que n'importe quelle cure ! Allez-y, restez y si vous voulez, c'est trop bon. En plus, moi, y'a plus grand chose qui me fait rire à mon âge et quand ça m'arrive, je me demande toujours si je ris pour oublier ou parce que j'oublie ! Pour en revenir à Gaby, outre un nom qui sonne comme une chanson, elle a un style qui claque comme du Dac dans un écrin féminin ! La Madelaine Proust sans l'accent qui sortirait de son plateau du Haut Doubs pour s'installer à la terrasse des médias. Le genre de nana, si t'es pas sa copine ou son copain, t'as intérêt à ne pas avoir un potentiel comique inexploré ou insoupçonné ! Demandez à Brice ! Je suis sûre que si on les lâche, elle et Mailhot, aux basques de Brice, il ne passe pas l'hiver.

 

Copie de DSC 0205- Ouais, parlons-en de la petite culotte en soie ! Je l'avais vue la première.

- T'avais qu'à la lâcher ! Maintenant que l'élastique est pété, j'peux plus la mettre avec mes boucles d'oreilles en lapis ! J'ai dû la filer à la femme de Machin, tu sais, celle qui a un gros cul et une machine à coudre.

- Ah Ouaaais !  Elle fait un tabac avec sa nouvelle ligne " Cent Dessus Dessous" (CDD)

-Ouais d'ailleurs elles sont moches ces PAD CUL'HOT tu trouves pas ?

 - Allez viens, je t'expliquerai. C'est conceptuel, vraiment très branché. On en parlera dans la voiture, Chouchou m'a acheté des pneus neige !

- Hein ! Des pneus neige ! Mais ça va pas bien ? Il neige même pas 2 fois par an ! Tu sais combien de petites culottes en soie on peut acheter avec un seul pneu neige ?

- ... 1,5...

- Ah bon, pas plus ? Putain c'est cher la soie ! Ils font pas des culottes en pneu ?

 

À ce stade de la conversation téléphonique, la batterie marque des signes de faiblesse et le c(H)ouc(H)ou de Pépette, créatif perso de Brice, interrompt la conversation : t'as pas vu ma cravate en soie, chérie ? Celle qui va avec ta culotte !

 

DSC00288Je ne restitue pas l'intégralité de la conversation parce que même si souvent babillages de femmes me désolent, me désespèrent voire me font regretter d'en être une tellement j'ai honte, je garde, vaille que vaille, l'esprit de corps féminin qui me rangera aux côtés de Calixte plutôt que Naulleau, bien que je ne connaisse ni l'un ni l'autre, que mon coeur penchât plus du côté de l'Esprit des Péninsules que de la pose de Calixte et que je m'en tamponne. Tous deux acceptent les règles d'un jeu pervers à la base : un moment de critique littéraire chez Ruquier c'est a à peu près aussi constructif qu'une nouvelle mesure gouvernementale anti neige sous la cafetière de Brice !

 

Sacré Brice !!! Rendre obligatoire l'achat des pneus neige ! Et tout ça APRÈS réflexion ! J'y crois pas ! En vrai, il n'est pas ministre. Il est payé pour nous faire rire, pour qu'on oublie l'autre clown ! Des nuits à me creuser le ciboulot pour trouver des trucs vraiment poilants et lui, deux flocons (2=beaucoup dans le langage de Brice) crack : il invente l'achat obligatoire des pneus neige. Heureusement qu'il n'est pas ingénieur chez les boites à pâtes à C... Il aurait rasé toutes les tourbières pour absorber les chutes des ragnagnas après  multiplication du nombre de litres de sang par le nombre de femmes pubères.

 

Brice, si tu te recycles dans l'hygiéne féminine, certes la période en question comporte quelques désagréments mais l'unité de mesure est plus proche du dé à coudre que de la flaque de neige fondue ! Heureusement, Mailhot est là qui lance un Hortefeuxthon ! J'en ai encore mal aux côtes tellement c'est juste ! Il est fort en calcul mental Mailhot. Cinq minutes pour expliquer la politique de reconduite aux frontières et les bienfaits de la délation selon Saint Nicolas (N'oublions pas que Brice est un sous fifre, genre joueur de flûte qui se venge en conduisant les enfants de la ville ingrate à la rivière. C'est pour ça que je n'ai plus envie de rire et que j'espère qu'il va tomber encore au moins une jambe de bois de neige. Comme ça les avions ne pourront pas voler !)

 

antoÀ propos de mesures, vous êtes allés lire le billet de Gaby ? Ici, il y a déjà un crayon de papier même pas mordu de neige !

 

Et voilà, pendant que j'expliquais le bas fond de ma pensée, Pépète et Pépette se rendent guillerettes à la vente privée avec le train avant chaussé de pneus neige pas finis de payer (la planète vit à crédit depuis le mois d'août selon des sources d'écologistes passéistes) sur la BMW à propulsion !

 

Pour celles qui ne sont jamais allées à une vente privée, c'est très bien continuez. C'est comme le marché aux poissons à Petitbonum, célèbre village qui résiste encore à l'envahisseur. Je dis "celles" parce que les mecs préfèrent la pêche, la chasse, le foot, la BM... les traditions quoi !

 

 

Et pour ceux qui roulent sur la neige en BMW : bien fait !

 

 

cacadou 016Un marché aux poissons sauf que ce sont les morues qui achètent, se crèpent les ouïes et attendent pendant des heures à la queue leu leu pour se faire vider !

Je sais de quoi je cause.

Un jour, en attendant l'heure de mon rendez-vous dans un salon d'esthétique qui soi disant fait pas mal quand on t'arrache les poils, j'ai vu une queue interminable. J'ai regardé autour pour vérifier s'il y avait les blindés, si elles avaient des tickets de rationnement, des cabas en toile cirée, l'air malade. Je suis vite allée manger un truc au cas où, j'ai fait des provisions de sucre puis je me suis pincée pour être sûre que n'étais pas en plein very bad trip à cause de la ville.

 

Y'en a, c'est le mal de l'altitude qui les chope dès qu'on passe l'étage subalpin. Moi c'est le caniveau qui me rend malade.

 

J'ai frotté mes yeux et j'ai vu 30 mètres de filles grandes, maigres, trépignantes, avec des sourires un peu crispés agglutinées devant une porte opaque, fermée, leurs menottes manucurées bien serrées sur l'INVITATION. J'avais les boules ! On se serait cru dans un film. Heureusement, l'une d'elles avait des bottes en plastique rose fuchsia d'au moins 2 cotons tige en dessous du talon d'Achille et un bras long au dessus du même talon. Le genre de greluche équipée pour veiller tard, pas forcément en bonne compagnie selon mes critères d'évaluation et certainement pas à la belle étoile parce qu'en plus il ne pleuvait pas. Les bottes, la franchement, c'est une énigme !

 

Ouf, l'institut de torture ouvre. C'est à moi.

 

"Nan ! Pas le maillot ! M'en fous de la mode des foufounes de gamines prépubères pour plaire à des vieux lubriques pédophiloformes !"

 

DSC 0031Vive la mode du nu intégral...

 

Les poils, c'est une question de point de vue. Si ça dépasse du maillot on ne voit plus le prix en filigrane. Donc quand tu achètes le super maillot, tu signes à VIE pour l'épilation au sucre, ça fait un tout petit peu moins mal mais c'est plus cher !

Le maillot, en plus, c'est comme la nouvelle cuisine : moins y'en a, plus c'est cher !

 

D'ailleurs, la nana, pour te faire banquer un peu plus, elle te dit pas : "je vous débarrasse aussi des broussailles ?" Elle te demande avec un sourire en dessous de ta ceinture : "Je vous fais le maillot ?" En général, je ponctue de commentaires à haute et intelligible voix qui feraient rougir même un chroniqueur de France Inter auquel je tiens à tirer mon chapeau.

 

Je ne sais pas comment il fait pour être encore là en étant à la fois drôle, dégoûtant, percutant et méchant avec ceux qui méritent qu'il le soit encore plus !

Le maillot, tu te fais choper une fois. Pas deux si tu restes au degré alpha de la logique de survie : Comment un truc qui fait aussi mal peut faire du bien, même après ? Parce qu'en plus, ça repousse d'autant plus vite que ça fait mal. Je me suis longtemps demandé pourquoi on avait mis le pied sur la lune où il n'y a pas d'eau alors qu'on ne sait toujours pas comment garder sa contenance un jour de piscine où les ragnagnas débarquent et que le tabac sort du paquet. 

 

C'était la séquence poésie.

 

DSC 0302Je fais la maline avec la vente privée n'empêche que j'y suis allée aussi. Et personne ne m'a forcée. Et je n'étais pas en mission ethnobotanique. Même que ça tombait mal parce que je n'avais plus un rond sous la carte bleue qui ne te le dit pas tout de suite, c'est pour ça qu'il faut la surveiller attentivement. Si les banquiers et les marchands avaient si peur que ça qu'on ne puisse pas payer, ils feraient une CB qui s'auto détruit quand le compte est vide. Un peu comme une chaussette de laine sauf que quand la chaussette est vide, tu peux la suspendre au manteau de la cheminée. En plus, je savais que si je trouvais un truc qui me plaît, je l'achèterais.

 

C'est comme ça que je suis revenue avec une salopette 4 saisons du jardinage + la neige en hiver et un pull à capuche réversible, intérieur pour la lecture, extérieur pour les manifs. Bon, ça c'est l'excuse trouvée après avoir craqué alors que je n'avais plus un rond et qu'il est vraiment doux le pull.

 

Pas beau mais doux. Je ne le lave pas parce qu'à chaque fois j'oublie que les trucs chers se lavent à la main, se sèchent à plat et tout le tintouin !

L'air satisfait de la vendeuse quand elle t'explique que tu vas revenir après le premier lavage parce que le programme laine de la machine c'est du pipeau ! Ça marche qu'avec les pulls qui ne sont PAS en laine ! Et tu vas être tellement furieuse de ne plus avoir de poupée Barbie pour l'habiller avec un joli pull vert sapin à capuche que tu vas aller en acheter un autre encore plus beau. Ou tu te remets à tricoter.

 

Le shopping, c'est comme la méchanceté gratuite : ça fait du bien sur le moment et après, soit tu regrettes, soit tu augmentes la dose pour continuer à trouver ça bon.

 

C'était la séquence mode

 

 

-DSC 0046Au fait Brice, j'en fais quoi des pneus ?

- Une vasque pour les fleurs ?

- Non, c'est plus branché l'art paysan.

- Une balançoire ?

- T'es fou ? Pour que mes kits jeux interdits au plus de trois ans me restent sur les bras !

- Une bouée de sauvetage sur Paris plage ?

- Et mec, on est déjà trop nombreux. Tant pis pour ceux qui se noient ! Avec tout le mal qu'on se donne pour couler la sécu.

 - Hein, parle plus fort, j'entends pas, la batterie est morte à cause des filles qui passent leur temps à téléphoner... Les brûler ??? Eh ! Mec, ça fait une fumée dégueulasse qui pue et qui se voit...C'est pas aussi discret que la radioactivité ! 

 

- Génial comme idée ! Des strings en faux latex ! On va faire un carton ! Il suffira de dire que c'est du recyclage, elles vont adorer... Nan, c'est un filon le recyclage je te dis. Tant qu'elles s'imaginent qu'un mec, un vrai, c'est un type qui a du pouvoir et du blé et une belle montre, elles sont capables de se déchirer entre elles pour une petite culotte en soie ou en latex recyclé pour le bien de la planète ! T'as qu'à dire que c'est le rêve hippie qui se réalise, appelle ça des "CENT CUL'HOT"... Hein ?

- Une barricade  !

- Arrête la neige Brice ! Y'a longtemps qu'on dresse plus de barricades !

- Non là, sous mes fenêtres ! Appelle les chars ! Comment ça les blindés déneigent ? Comment ça c'est moi qui leur ai demandé ? Comment ça y'a plus d'étrangers en situation irrégulière pour débarrasser les ordures ? AAARGH !

 

jambesDRIIIING ! PAF ! 

 

GLOUP ! 

 

C'est l'heure de ma chronique.

C'est dimanche.

J'ai pas envie de rire parce que ce que j'ai lu il y a deux jours me fait encore pleurer. J'ose à peine poser mes mains sur le clavier. Pourquoi pleurer quand ça arrive aux autres ?

Heureusement, il neige, heureusement notre clown blanc grand teint veille à la bonne humeur du pays, heureusement demain est un autre jour qu'on tentera d'habiter le mieux possible !

 

 

Dédicace spéciale à tous ceux, qui vaille que vaille, se retroussent les manches pour virer les poubelles.

 

Publié dans Musique

Commenter cet article

Pangloss 19/12/2010 17:59



Des pneus neige obligatoires? C'est une blague? Quand j'étais jeune, les gens mettaient des pneus-neige quand il y avait de la neige s'ils voulaient absolument sortir la bagnole. Et même, ils
enfilaient un imper quand il pleuvait. Drôle d'époque!



La Griotte 19/12/2010 18:21



C'était dans le parisien et j'ai eu la décence de ne pas vous infliger le lien... pas la peine que tout le monde se farcisse la compresse sur une jambe de bois alors qu'il y a des blogs où on
respire ! Nous avons vieilli !